jeudi 12 septembre 2013

Beethoven LOVE 2013 (Chicago) jour 6

-Chicago, 12 septembre 2013-

[Si bon que j'en ai les larmes aux yeux]



Si bon que je voudrais le savourer encore longtemps...

Non mon amour, je ne parle pas de toi et moi, si loin en ce moment, ce n'est pas l'endroit et le moment pour le faire... Rêvons encore un peu l'un à l'autre jusqu'à mon retour.

Je parle de cette magnifique nourriture que je suis en train de manger, ce sandwich Ruben au seitan et légumes, cette salade Jerry's remplie d'avocats et de tomates, et cette soupe à la courge... Un vrai délice qui éveille tous mes sens, dans cette superbe découverte du jour, un endroit formidable que ce Kary's in green, au 130 S. Green St. Chicago. www.karynsongreen.com.

George Lepauw au piano.
Le lieu est magnifiquement zen, beau et épuré, calme, l'accueil chaleureux et discret, la nourriture... À me faire fondre littéralement de bonheur, et le vin finement choisi! Que demander de plus? Toi, ici, à mes côtés. Mais comme tu vois, je fais de mauvaise fortune bonne foi, et j'ai invité ton Ludwig à manger avec moi. Cet endroit lui sied à merveille.  Tu vois la dame en blanc au centre du miroir: c'est moi!;)  lui est affalé sur la table, non-chalent. ;)


-la fougue du français!-
Si bon que... C'est aussi l'interprétation de George Lepauw hier, entre autre avec ce compositeur français : Jean-Philippe Rameau. Un  plaisir fou à entendre le piano de Lepauw nous faire des clins d'oeil, nous amener longer la seine ou faire la fête dans un petit cabaret avec ses notes qui virevoltaient! Quel plaisir aussi que cette rencontre avec Jory, ce musicien exceptionnel et si sympa qui nous expliquait sa démarche, mais surtout son instrument, le clavecin, et son répertoire avec la passion d'un enfant devant un gâteau mais la connaissance d'un érudit hors pair! Vivement l'entendre jouer plus longuement aujourd'hui.









Satisfaction du devoir accomplit hier: deux exemplaires de Ludwig sont entre les mains des critiques littéraires du Chicago Tribune et du Sun-Times. Les journaux ont parlé positivement du festival dans son ensemble, un vrai tour de force ce festival d'une ampleur et d'une qualité exceptionnelles, mais porté par une petite équipe comme une vraie fourmilière. Est-ce que cela fait de George la reine? Hihi!


 
-drame: 14 ex-libris disparus!-

J'ai été horrifiée d'apprendre que 14 des ex-libris numérotés et signés que j'ai amenés de ta création sur le festival ont été volés! Les gens s'arrachent tes images... Ils pourraient au moins avoir le culot d'en payer la valeur! Il n'en reste qu'un en ce moment à la boutique, l'autre a été réservé par la directrice des arts. Mais bonne nouvelle: les exemplaires du livres s'envolent aussi, mais les gens se les procurent de façon officielle... ;) ouf!

Et voilà que mon café arrive! Mais quelle splendeur!

Je te reviens plus tard cher amour, je vais déguster une crème brûlée à ta santé chez Karen's green... Mmmmm

Ta Mel.


2 commentaires:

  1. 1er vol de l'une, ou plutôt de 14 de tes oeuvres d'art... Pourtant, Frédéric Munchenbach a été arrêté en janvier 2013 après avoir subtilisé des centaines d’œuvres entre 2007 et 2009, des dessins et gravures de Picasso, Miró ou Braque... Qui jouera au détective cette fois-ci?

    RépondreSupprimer